Wikimedia France/Micro-financement/Demande/Proposition d’un projet d’étude dans le cadre d’un master d’écologie : « Ophidiens menacés sur le littoral Guyanais Reconnaissance, prospections et descriptions complémentaires »

Cette demande de micro-financement à Wikimédia France a été abandonnée au 1er trimestre 2018.
Proposition d’un projet d’étude dans le cadre d’un master d’écologie : « Ophidiens menacés sur le littoral Guyanais Reconnaissance, prospections et descriptions complémentaires » .... Information manquante : merci d'indiquer votre nom d'utilisateur pour être contacté.Voir les discussions y ayant mené


Bonjour,

Je viens à votre rencontre après avoir discuté avec monsieur Lamiot ( intervenant dans notre master),et monsieur Gerbet.

Je m'appelle Vogel Lucas, je suis actuellement en première année de master d’écologie intitulé "Écologie Opérationnelle" à l'Université Catholique de Lille. Lors de ce master j'ai la possibilité de réaliser un stage de 4/5 mois. Étant passionné d'herpétologie et ne trouvant rien en France, je me suis lancé le défi de monter mon propre sujet de stage. Mon choix s'est porté sur l'étude des serpents menacés sur le littoral Guyanais. J'ai trouvé une structure qui serait prêt à encadrer mon stage, cependant je dois trouver des financements pour mener à bien ce projet..

Je me suis rendu compte qu'il y avait très peu d'informations sur Wikipédia sur les espèces que je vais étudier dans le cadre de ce projet. Je voulais savoir, si vous seriez prêt à financer une partie du projet en échange de nombreuses informations sur les 14 espèces de serpents de mon étude, ainsi que des photos légendées respectant les critères de Wikimedia commons ? Je m'engage à alimenter avec mes données collectées et mes photos les articles concernant ces espèces sur Wikipédia.

DescriptionEdit

La Guyane, située dans le Nord-est de l’Amérique du Sud, se caractérise des autres régions d’Outre Mer par une forte diversité faunistique et floristique  : c’est l’un des 5 hot-spot de biodiversité français. Cette diversité importante de la faune est le résultat de la position géographique de la Guyane. Étant présente sur le bouclier Guyanais et les régions montagneuses isolées, qui sont entourées par la forêt tropicale de basse altitude ainsi que des savanes, la région offre une multitude d’habitats pour un grand nombre d’espèces. Par conséquent, il y a un mélange d'espèces endémiques locales et d'espèces répandues caractéristiques de l'Amazonie et de la région de Guyane.

Un des groupes les plus représentés au niveau du littoral est celui des reptiles. En effet, la Guyane compte environ 168 espèces de reptiles sur l’ensemble du territoire. Parmi ce nombre,97 espèces d’ophidiens y sont présents.

Cette herpétofaune est menacée et, selon les critères de l’UICN, le constat est alarmant. En effet, 23 espèces sont répertoriées sur la liste rouge (IUCN - The International Union for Conservation of Nature) : 3 espèces sont en situation critique, 8 sont en danger, 5 sont vulnérables et 7 sont quasiment menacées. Parmi ces 23 espèces portant une préoccupation majeure auprès de l’IUCN, 14 sont des espèces d’ophidiens.

La protection de ces espèces passe par une meilleure connaissance de leur écologie et de leur distribution en Guyane. Cette connaissance ne peut s’acquérir que par des prospections de terrains et l’utilisation d’outils de reconnaissance performants et évolutifs. Les professionnels de terrain ont besoin de répertorier régulièrement la localisation des espèces rencontrées afin de suivre l’évolution des populations. Ils ont besoin de mettre à jour leurs données afin d’adapter les mesures de protection de ces espèces et de faire en sorte que la Guyane améliore l’état de conservation de ses espèces et restent, pour la majorité des taxons, le cœur de nature mondial qu’elle est actuellement.

Le projet

L’objectif final du projet est de créer un outil de reconnaissance des espèces des ophidiens Guyanais et plus spécifiquement sur les espèces dont le statut de conservation est préoccupant. L’étude se portera essentiellement sur les serpents inféodés au littoral Guyanais ( les 12 espèces savanicoles excluant les 2 espèces forestières de l’étude que sont Xenodon severus et Clelia clelia). En effet, dans la plupart des revues scientifiques,les critères servant à la détermination des serpents sont souvent complexes, peu compréhensibles et peu accessibles aux naturalistes de terrain. De plus, ces espèces sont polymorphes avec des colorations et des patterns différents au sein d’une même population. Pour finir, ces espèces ne sont pas faciles à déterminer sur le terrain : leur morphologie les rend cryptique, certaines se déplacent rapidement, et des espèces différentes se ressemblent fortement rendant les confusions possibles. Notre objectif est de créer une clé de détermination de ces espèces en danger critique afin de faciliter leur recensement par les professionnels de la conservation, de la Nature ou les naturalistes pouvant participer à des programmes de sciences participatives. Deux systèmes de clé de détermination existent : les clés de déterminations dichotomiques d'une part et les clés d’identifications assistée par ordinateur notamment celles utilisant le logiciel Xper. Si les clés dichotomiques sont les plus répandues, les clés bénéficiant du développement des outils informatiques sont les plus adaptatives. Nous souhaitons donc offrir aux gestionnaires des espaces naturels de la Guyane une clé d’identification opérationnelle, précise et évolutive en privilégiant de ce fait l’approche par système Xper. Dans ce système, la clé se constitue sous la forme d’un tableau ou les critères y sont rangés de manière analytique. Contrairement à la clé dichotomique, nous pouvons commencer l’identification par le critère qui nous semble le plus pertinent. Chaque réponse à un critère permet de réduire le nombre de possibilité jusqu’à arriver à l’identification de la ou des espèces les plus pertinentes en fonction de nos résultats (présentés avec des pourcentages de pertinence). Cette clé de détermination a pour avantage de ne pas être figée et donc d’être évolutive. L’ajout de nouvelles espèces, de nouveaux critères de détermination ainsi que des photos permettra à la clé d’être en constante évolution. La réalisation de la Clé Xper, sera accompagnée de la rédaction d’une clé dichotomique précise, permettant à tous naturaliste de pouvoir identifier ces espèces de serpents.

Objectif du stage de 5 mois

Cette clé étant basée sur des critères morphologiques, écologiques ou comportementaux, il est indispensable d’améliorer les connaissances de ces espèces. Les informations actuelles sont diffuses, incomplètes et établies par un nombre limité de sources (cf. annexe qui n’a pas pour but une description exhaustive, ou représentative de l’ensemble des populations naturelles). Le but du stage est donc de faire un état des lieux des connaissances sur les Ophidiens menacés du littoral Guyanais. Pour ce faire, nous ferons des prospections de terrain afin de déterminer les aires de répartition de chacune des espèces dans une région présentant des étendues de savanes. Notre souhait est d’avoir une cartographie des espèces pour obtenir des connaissances sur la répartition des espèces et leur utilisation du territoire, des habitats, et relever les éventuels points de rupture. (Induisant donc la réalisation de carte, et transmissions de données GPS précises pour faciliter les naturalistes à retrouver les serpents). Ces données cartographiques seront analysées par un logiciel de SIG. Les prospections se réaliseront dans un premier temps dans les savanes proche de Cayenne et de Kourou, où les différents protocoles de captures seront réalisés, afin de déterminer les plus efficaces. Une fois que la zone aura été étudiée, l’étude se poursuivra dans les savanes aux alentours de Sinnamary.

Un protocole de capture sera mis en place afin d’affiner les descriptions morphologiques mais également comportementales. On peut utiliser le principe des «  Snake Trap » dispositif comprenant des attractifs à serpent. Plusieurs attractifs différents seront utilisés pour déterminer les quels semblent les plus efficace à la capture des ophidiens. Les pièges à méné pourraient également être une bonne alternative pour la capture des serpents en limitant le stress engendré par les manipulations. Si l’occasion se présente, le crochet ou la capture à la main peut être réalisé. L’objectif de ces captures étant, bien évidemment, de pouvoir observer et noter les critères de détermination propres de l’espèce. Il sera également fixé quel protocole de capture est le plus efficace quantitativement. Cette étude sera entre autres intéressante pour pouvoir améliorer, et agrandir nos connaissances sur les ophidiens de Guyane. L’élaboration d’un piégage de qualité sera une avancée considérable pour pouvoir surveiller l’état des populations d’ophidiens. Pour compléter l’étude, nous pensons mettre au point un protocole de CMR (Capture, Marquage,Recapture), via des photographies ventrale des espèces, afin d’estimer les distances de déplacement des individus. L’enjeu est d’autant plus important pour les espèces en danger critique d’extinction. L’idéal serait de disposer d'un système de localisation GPS sur les animaux, ce qui permettrait de suivre leurs différents trajets et ainsi d'acquérir des connaissances fines sur l’écologie de chacune des espèces. Après une rapide recherche des meilleurs systèmes actuellement disponibles sur le marché, nous investirons, en premier, pour tester le procédé sur un échantillon d'individus avant de prendre la décision de le généraliser. Toutes ces missions seront agrémentées de prospections complémentaires afin d’optimiser nos chances d’observer ces animaux.

Ce Stage sera suivi en Guyane par Monsieur DEWYNTER (Herpétologue reconnu exerçant en Guyane), responsable du stage et par M. Devigne (Ecologue, PhD, HDR) en France en tant que tuteur académique pour l’organisme délivrant le master Écologie opérationnel (Université Catholique de Lille). Ce stage durera 5 mois, sur le territoire Guyanais

BudgetEdit

Le budget nécessaire à réaliser cette étude a été fixé entre 10 000 et 15 000 euros. Il comprend, l’aller retour Paris/Cayenne, l’indemnité de stage obligatoire, et le budget du programme de recherche (essentiellement des coûts liés aux de déplacement et aux matériels). Toute aide est la bienvenue pour nous aider à monter ce projet.

Intitulé Montant Billet d'avions (aller-retour) 1000-1200€ Tablette de terrains pour noter les critères des espèces observées, et noter le point GPS 500€ Pièges à serpents 500€ Total 2000 €

Prise en charge µfiEdit

Thesupermat

VoteEdit

  • Matou91 :
  • Crochet.david :
  • Pymouss :
  • Thesupermat :
  • Lomita :
  • Edhral :